La représentation de l’imaginaire des paysages montagneux anglais du Lake District dans les arts visuels entre 1750 et 1850, Cybill Whalley

Résumé de la communication :

Parallèlement au Grand Tour en Europe réservé à l’élite britannique, le Tour insulaire en Angleterre ne cesse d’attirer les artistes qui admirent les paysages montagneux du Lake District. Dans la deuxième moitié du 18ème siècle, ce territoire situé entre les comtés du Cumberland et du Westmorland devient une visite assumée. Loin des centres urbains, les chemins menant aux montagnes sont peu commodes et même si un sentiment d’insécurité est toujours présent, l’amélioration des routes permet une meilleure accessibilité. Les voyageurs, les artistes et les poètes s’éloignent des fondements académiques. Ils remettent en question la hiérarchie des genres, et la conception de la beauté idéale à travers la représentation des paysages montagneux. A la fin du 18ème siècle, les collines anglaises sont fantasmées en montagnes, l’horreur est délicieuse et le beau devient pittoresque.

Les montagnes anglaises sont décrites dans les guides de voyages et deviennent inséparables du travail artistique. L’observation de la montagne illustre le concept de sublime, l’horreur délicieuse présentée en 1757 par Edmund Burke dans, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du Sublime et du Beau. Puis en 1772, le révérend William Gilpin distingue les montagnes anglaises comme des formes propices à la beauté pittoresque dans Voyage en différentes parties de l’Angleterre et particulièrement dans les Montagnes et sur les Lac du Cumberland et Westmorland contenant des Observations relatives sur les beautés pittoresques. Son étude prend son sens directement au sein du paysage anglais d’après l’observation de la nature comme un tableau. E. Burke et W. Gilpin, contemporains de Joshua Reynolds, n’abolissent pas les règles néo-classiques, ils les transforment en fonction des spécificités de ce paysage où règnent le rude et l’irrégulier. Au 19ème siècle, porté par le débat entre le beau, le beau pittoresque et le sublime, les montagnes anglaises deviennent un sujet artistique. Une fantaisie où les collines sont travaillées en images représentant des montagnes.

L’étude de l’Arcadie italienne, inspirée par les compositions des maîtres italiens du 17ème siècle, entraîne les artistes anglais à fonder leur propre territoire d’Arcadie d’après l’imaginaire des montagnes anglaises. Les montagnes du Lake District deviennent une spécificité du voyage en Angleterre liée à une déambulation physique et mentale, ainsi qu’un désapprentissage artistique. La quête de l’idéal est toujours présente, cependant les représentations visuelles ne se fondent plus sur la sélection et la combinaison des formes parfaites de la nature, mais à l’inverse, sur la sélection et la combinaison des variétés du paysage et de ce qu’il suscite chez le spectateur par une union romantique. Ainsi la forme montagneuse participe en Angleterre à l’éclosion de ce que Serge Lemoine définit comme : « Le sentiment de la montagne ». Jusqu’en 1850 – date qui correspond à un an près à la mort de William Wordsworth et J.M.W Turner – nous observons que l’imaginaire visuel et poétique devient un médium indélébile favorisant la recherche de soi et la poursuite du Divin.

Cybill Whalley, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, HiCSA.
Histoire de l’art contemporain (XIXe siècle).

Accès au texte intégral : Presence_imagination_representation_paysages_Lake_District_C_Whalley


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.