Le sens « imagé » en sémantique : un obstacle heuristique ?, Thomas Bertin

Résumé de la communication :

Dans le domaine de la langue, la notion d’image renvoie notamment à l’opposition entre sens propre et sens figuré – opposition à laquelle les lexicographes sont très attachés. Dans la phrase Paul s’est cassé le bras, on considère généralement que le nom bras est employé au sens propre. Mais, quand je dis ça m’a coûté un bras, on parle traditionnellement d’un sens figuré : c’est (espérons-le…) une image !

Cette idée d’un « sens imagé » est souvent associée aux concepts de métaphore (dont on trouve l’origine chez Aristote), de trope (cf. le traité de Du Marsais qui opère, au XVIIIème siècle, le lien entre rhétorique aristotélicienne et tradition grammaticale) et de figure (cf. les travaux de Fontanier pour la langue française du XIXème siècle ainsi que l’ouvrage de Tamba-Mecz, 1981). De nos jours, cette question de l’image reste un enjeu en linguistique. En effet, depuis les travaux fondateurs de Lakoff et Johnson (1980, 1987) sur les métaphores conceptuelles, les tenants de la sémantique cognitive défendent l’idée que l’imagination joue un rôle crucial dans la construction des significations.

Nombreux et variés sont les arguments qui motivent cette approche du sens linguistique. Par exemple, l’étude de l’évolution des significations à travers le temps plaide souvent en faveur d’un sens premier (chronologiquement parlant). Dans le domaine de l’acquisition du langage, on admet généralement que l’enfant s’approprie le sens propre d’un mot (souvent plus concret) avant ses sens figurés (souvent plus abstraits). Sur le plan cognitif, il semble intuitivement probable qu’un des sens du mot soit plus directement accessible (si je prononce le mot bras isolément, à quoi pensez-vous spontanément ?).

Dans le cadre de cette communication, je ne chercherai pas à contester ces arguments (pour une telle critique cf. notamment Planchon, 2014). Je chercherai plutôt à interroger en quoi cette notion de « sens imagé » – aussi nécessaire semble-t-elle à la tradition grammaticale et lexicographique – peut masquer la signification fondamentale du mot.

En effet, à considérer que certains emplois du mot relèvent de son vrai sens (qu’on l’appelle propre, premier, concret, littéral ou même normal) et que d’autres relèvent de l’image (et donc d’un sens « dévié » ; cf. Kleiber, 1994) ne prend-on pas le risque d’ignorer ce que, au fond, le mot « nous dit vraiment » ?

Dans un premier temps, je m’appuierai sur les analyses de quelques linguistes pour défendre l’idée que la notion de sens imagé est, sur le plan heuristique, un outil plutôt décevant (Noailly, 1996 ; Cadiot & Nemo, 1997 ; Legallois & Kwon, 2006). Dans un second temps, en écho à ma recherche en cours consacrée à la polysémie des noms de partie du corps humain, je formulerai quelques observations sur l’adjectif généreux, le nom cœur et le verbe briser avant de conclure sur l’intérêt de s’affranchir de l’obstacle que constitue parfois l’image en linguistique.

Bibliographie

ARISTOTE, 1991, Rhétorique, Paris : Le livre de poche.

ARISTOTE, 1996, Poétique, Paris : Gallimard / tel.

CADIOT PIERRE & FRANÇOIS NEMO, 1997, « Pour une sémiogénèse du nom », Langue française 113, pp. 2434.

DU MARSAIS CÉSAR CHESNEAU, [1730] 2011, Traité des tropes, Paris : Manucius.

FONTANIER PIERRE, [1827 / 1830] 1977, Les figures du discours, Paris : Flammarion / Champs classiques.

JOHNSON MARK, 1987, The body in the mind – the bodily basis of meaning, imagination, and reason , Chicago & London : The University of Chicago Press.

KLEIBER GEORGES, 1994, « Métaphore : le problème de la déviance », Langue française 101, pp. 3556.

LAKOFF GEORGE & MARK JOHNSON, 1980, Metaphors we live by, Chicago & London : The University of Chicago Press.

LEGALLOIS DOMINIQUE & SONG-NIM KWON, 2006, « Sémantique lexicale et examen écologique de la co-occurrence », Cahiers de Lexicologie 89, pp. 143–162.

NOAILLY MICHÈLE, 1996, « Dans le sens du fleuve : syntaxe et polysémie », in Khadiyatoulah Fall, Jean-Marcel Léard & Paul Siblot (éds), Polysémie et construction du sens, Montpellier : Praxiling-Université Paul-Valéry, pp. 25-38.

PLANCHON PHILIPPE, 2014, « Examen critique de quelques arguments avancés en faveur de la valeur première – L’exemple du verbe donner », Congrès mondial de linguistique française – SHS Web of conferences, pp. 3165-3181 [En ligne] Consulté le 2 avril 2016. URL :   http://www.shs-conferences.org.

TAMBA-MECZ IRÈNE, 1981, Le sens figuré, Paris : PUF.

 

Thomas Bertin, Université de Rouen, DySoLa.
Sciences du langage.

 

Accès au texte intégral : Thomas Bertin_Le sens « imagé » en sémantique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search