Dans les coulisses de la censure : étudier l’imaginaire de l’interdit cinématographique en Espagne franquiste (1945-1963), Léa Goret

Résumé de la communication :

Dès son apparition au début du XXe siècle, le cinéma s’est imposé comme le média privilégié pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. La fascination qu’il exerce sur son public interpelle les états d’Europe Occidentale, qui prennent conscience de la nécessité de contrôler ce nouveau mode de communication. En Espagne, le régime franquiste (1939-1975) décide alors d’intervenir dans le processus de production cinématographique pour promouvoir les nouvelles valeurs défendues par le général Franco. Un important dispositif censorial voit le jour afin de contrôler la diffusion des informations et des idées sur l’ensemble du territoire hispanique. La production cinématographique des années 1940 et 1950 – période d’autarcie et de légitimation de la dictature espagnole – se fait alors le miroir des préoccupations idéologiques du moment, de l’exaltation patriotique à la diffusion de la morale catholique.

Cependant, certains thèmes demeurent exclus du panthéon des valeurs franquistes. Ces silences, imposés par la censure, sont alors révélateurs des craintes du pouvoir. Ainsi, cette communication propose de s’intéresser non pas à ce que reflète l’image cinématographique, mais à ce qu’elle tait.  Elle vise  à analyser l’imaginaire censorial franquiste afin  d’appréhender l’interdit cinématographique. Toutes les coupes, les suppressions et les modifications réalisées par les censeurs constituent des indicateurs précieux  des images et  des représentations bannies par le  nouveau régime. Ces dernières menacent directement l’imaginaire idéologique que le pouvoir cherche à instaurer. A l’aide de sources écrites émanant des commissions de censure, cette communication propose d’analyser les relations que le régime franquiste entretient avec ses interdits et ses seuils de tolérance. Autrement dit, à la lumière des représentations censoriales, cette intervention vise à éclairer une autre facette de l’imaginaire cinématographique franquiste : celui des tabous.

Léa Goret, Université de Caen, C.R.H.Q – UMR 6583. Histoire contemporaine.
Léa Goret réalise une thèse sur la censure cinématographique franquiste, en analysant, plus précisément, les  influences  de l’action  censoriale sur la  réception  cinématographique  durant  le franquisme (1945-1955).

Accès au texte intégral : Lea_Goret_Dans_les_coulisses_censure


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search