John Ford et Akira Kurosawa : relectures homériques ou mythes modernes ?, Antoine Gaudé

Résumé de la communication :

La découverte de certaines études psychologiques et anthropologiques sur le symbolisme mythologique m’a offert la possibilité d’établir des similitudes, et des différences entre deux figures héroïques clefs du Japon et des États-Unis : le samouraï et le westerner. Ces réflexions théoriques, que j’essaye de développer dans ma thèse afin d’établir une « conscience mythique » (Georges Gusdorf) commune, à la fois partagée et systématique entre l’imaginaire japonais et américain, m’ont ainsi amené à concevoir une réserve d’images universelles, d’archétypes et de symboles, permettant de tisser des « ponts » entre deux cultures a priori très différentes. Ma réflexion se concentre donc sur les figures héroïques présentes dans deux des principaux genres cinématographiques japonais et américains – le film de sabre et le western – qui, sans chercher à écarter les déterminations sociales et historiques propres aux pays, et à une époque circonscrite (les années 1950 par exemple), offre le « portrait » esthétique d’une figure qui apparaît, dès lors, moins nationale que proprement mythologique. Les mythes, quels que soient leur traitement esthétique ou le support de leurs manifestations artistiques, restent une source inépuisable pour toutes les formes d’art. Leur signification symbolique, qu’elle soit d’ordre mythologique ou religieux, greffée sur des faits historiques comme la conquête de l’Ouest (le XIXe siècle) ou les époque japonaises Sengoku (milieu du XVème siècle à la fin XVIème siècle) et Edo (1600-1868), les aurait en quelque sorte préservés d’un oubli mémoriel. Leur signification contient, selon Gaston Bachelard, une « définition du sens éthique de la vie », devenue, pour l’homme, une quête quasi esthétique d’harmonisation : cette fameuse juste mesure propre à « l’idéal grec ». Si les mythes symbolisent autant le sens de la vie, leur thème central se concentre essentiellement autour des désirs de l’homme : soit sous leur forme exaltée, c’est-à-dire perverse, soit sous leur forme harmonieuse, c’est-à-dire sublime. Dès lors, la « mission » de l’homme-héros doit l’amener, par le fonctionnement sain ou malsain de la psyché, à se « maîtriser soi-même », ce qui veut dire combattre son propre « monstre », et à être capable de « maîtriser le monde », autrement dit faire preuve d’élévation spirituelle. Le thème traditionnel de l’Élévation et de la Chute figure ainsi le combat essentiel de l’âme de l’homme-héros, c’est-à-dire l’éternelle opposition entre pervertissement et sublimation, ombre et lumière. De par cette étude spécifique autour du cinéma de John Ford (La Prisonnière du désert) et d’Akira Kurosawa (Les Sept samouraïs), j’aimerais dans le cadre de votre colloque intitulé « Imaginaire(s), représentation(s) en sciences humaines et sociales » pouvoir présenter certains modèles héroïques tout en évoquant mon cheminement théorique – de Gilbert Durand à Paul Diel en passant par Gaston Bachelard, Otto Rank, Carl Jung et Mircea Eliade – afin de justifier l’existence d’une figure héroïque universelle construite, non à partir d’un « monomythe » (Joseph Campbell), mais d’une fonction fabulatrice propre à l’ethos de chaque cinéaste qui, comme moyen d’expression de la conscience mythique, s’irradie en archétypes privilégiés et en symboles. Ainsi, il serait possible de tisser des ponts entre des cinéastes par l’intermédiaire de séquences d’images mettant en scène leur propre figure héroïque, et ce, malgré des origines culturelles éloignées et diverses ; des cinéastes pourvus d’une imagination quasi homonyme qui animerait, encore aujourd’hui, la culture de masse dans laquelle s’inscrit le cinéma de genre, western et film de sabre compris.

Antoine Gaudé, Université de Caen, LASLAR.
ED HMPL, « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langages ».

Antoine Gaudé prépare une thèse sur l’esthétique de la figure du héros dans le film de sabre japonais et dans le western américain des années 1950 sous la direction de Philippe Ortoli (Caen). Ses recherches portent sur l’analyse des mythes (comprise dans des perspectives iconographiques, mais aussi anthropologiques et psychanalytiques) qui structurent et informent deux figures – le samouraï et le westerner – dont l’art cinématographique s’est emparé en les déployant au fil d’une évolution esthétique et narratives permanentes.

Accès au texte intégral : Antoine_Gaudé_John Ford_Akira Kurosawa


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search