Manon Delobel – « L’humanité comme « masse » : le paradigme politique du moule au tournant du XXème siècle »

Manon DELOBEL, doctorante en philosophie, Université Bordeaux-Montaigne

Journée d’études des doctorant/e/s et jeunes chercheur/euse/s du PRSH
Université Le Havre Normandie, du 02 décembre 2021 : “Rentrer dans le moule ?”

« L’humanité comme « masse » : le paradigme politique du moule au tournant du XXème siècle »

 

« Rentrer dans le moule » : la métaphore est profondément ambivalente. Elle suggère l’injonction au conformisme, la soumission de l’individualité à des normes étouffantes, le triomphe de l’hétéronomie. Pour s’adapter aux contours du moule qui la reçoit, la matière doit subir une violente déformation : elle apparaît comme passive, ductile, à la merci de la forme dictée par son réceptacle. Mais le paradoxe veut que le « moule » soit en même temps la condition de possibilité de tout processus d’individuation : c’est toujours grâce à la « forme », imprimée par le moule, qu’une « matière » première, sans réalité propre, accède au rang d’objet identifiable et unique. Ce que l’on nomme en philosophie le schème « hylémorphique » (du grec hulè, la matière, morphè, la forme) constitue ainsi l’une des matrices conceptuelles fondamentales pour penser toute genèse individuelle.

Mon intervention consistait à étudier l’application de ce schème ambivalent à l’un des domaines où il se révèle particulièrement problématique : la réalité sociale et politique. A la fin du XIXème siècle, sous l’impulsion de la psychologie sociale naissante (Sighele, Tarde, Le Bon) et de l’essor des nouveaux moyens de communication, la matrice du « moule » fait son entrée dans la pensée politique. Le corps social est tout à coup décrit comme une matière plastique, malléable, largement inconsciente, qu’il revient aux meneurs, hommes d’Etat et experts politique de « mettre en forme », pour lui conférer son unité mais aussi pour la guider vers le bien. Le peuple prend alors le nom de « masse », c’est-à-dire étymologiquement une « pâte », mélange de farine et d’eau que l’on peut pétrir et façonner à l’envi. Le sociologique Spencer, en 1855, compare ainsi la société à « une certaine quantité de pâte à laquelle la cuisinière peut donner la forme qu’il lui plaît, celle d’une croûte de pâté, d’un chausson ou d’une tartelette, […] comme une masse plastique ».

L’introduction de ce schème témoigne d’un changement de paradigme dans la conception du gouvernement. La culture politique libérale, qui régnait depuis la fin du XVIIIème siècle en France comme aux Etats-Unis, avait érigé en principe fondamental l’interdiction, pour le pouvoir politique, de s’introduire dans la sphère privée des citoyens, de s’ingérer dans leur éducation et dans la formation de leurs opinions et de leurs comportements. Un siècle plus tard, le rôle du dirigeant politique est, selon les mots de Gustave Le Bon, d’ « impressionner » et de « façonner » l’âme des foules. « Connaître l’art d’impressionner l’imagination des foules c’est connaître l’art de les gouverner. »

Ce basculement est en grande partie imputable aux transformations sociales qui bouleversent, au XIXème siècle, le rapport traditionnel entre peuple et élites dirigeantes (les mouvements ouvriers et socialistes, le suffrage élargi, l’essor de la presse et l’alphabétisation croissante). La maîtrise des ressorts de l’opinion publique devient un enjeu politique primordial. En outre, les découvertes récentes de l’hypnotisme et de l’épidémiologie transforment, sur le plan théorique, la conception des groupes humains : ceux-ci sont désormais pensés comme des foules suggestibles et contagieuses que les meneurs peuvent apprendre à maîtriser.

Au XXème siècle, suite à l’expérience de la Première guerre mondiale, le paradigme du « moule » quitte le giron des théories antidémocratiques et devient un idéal progressiste. Sous la plume de penseurs comme Walter Lippmann, Edward Bernays ou John Watson, la propagande, renommée « relations publiques », est théorisée comme un instrument démocratique de sublimation de l’opinion publique. Alors que les sciences politiques naissantes démontrent que le fameux citoyen idéal, intéressé et informé de la théorie démocratique n’existe pas dans la réalité, la « minorité [découvre] qu’il est possible de modeler [to mold] l’esprit des masses de telle sorte qu’elles jettent leur force nouvellement acquise dans la direction souhaitée » (E. Bernays). Les symboles, les stéréotypes, les slogans sont perçus comme autant de « moules » susceptibles de façonner l’opinion et le goût des masses et de rendre leur comportement plus rationnel. A la fin des années 20, l’idée de fabriquer le consentement des masses est présentée comme un idéal démocratique, qui vise non à manipuler ou tromper l’opinion publique, mais à la guider et la corriger en vue du bien commun.

Mais le schème hylémorphique n’est-il pas l’exact antithèse de l’idéal qui fut au cœur des Lumières et de la modernité politique depuis les révolutions : l’autonomie ? En effet : si le peuple démocratique est une pâte que l’on coule dans un moule, qui crée le moule ? Qui détermine la « bonne » forme ? Comme l’indique Simondon, « le moule est construit […] il est aussi préparé […] pour donner une forme, il faut construire tel moule défini, préparé de telle façon, avec telle espèce de matière. » L’image du « moule », à rebours de tout horizon démocratique, implique un cuisinier-plasticien qui sait où est le Bien et qui modèle, pétrit, et coule la « masse » ignorante dans ce réceptacle, élaboré d’en haut, à l’abri de toute délibération collective.

Bibliographie :

Spencer, L’individu contre l’Etat (1885), Houilles, Manucius, 2008

Tarde, Les lois de l’imitation (1890), Éditions Kimé, Paris, 1993

Le Bon, Psychologie des foules (1895), Payot, Paris, 2020

Lippmann, Public Opinion (1922), Paperback, 2013

Bernays, Propaganda (1928), Liveright, 1928

Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Grenoble, Editions Jérôme Millon, 2013

Courte biographie:

Doctorante en philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne (laboratoire SPH), sous la direction de de Barbara Stiegler, ancienne élève de l’ENS de Lyon et agrégée de philosophie. Après un mémoire sur Hannah Arendt et un autre sur la philosophe María Zambrano, ma thèse porte sur le concept de « masse » et son rapport à la démocratie, depuis les révolutions contemporaines jusqu’au XXème siècle.

Page : https://u-bordeaux3.academia.edu/ManonDelobel



Citer ce billet
Alexandra Seha (2022, 6 mai). Manon Delobel – « L’humanité comme « masse » : le paradigme politique du moule au tournant du XXème siècle ». Métathèses. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/reft

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search