Misa Forlen – “FILMER LA ZONE : mise en place d’un processus de création construit par et pour des objets d’étude hors normes”

Misia Forlen, doctorante RADIAN, Université Le Havre Normandie

Journée d’études des doctorant/e/s et jeunes chercheur/euse/s du PRSH
Université Le Havre Normandie, du 02 décembre 2021 : “Rentrer dans le moule ?”

FILMER LA ZONE : mise en place d’un processus de création construit par et pour des objets d’étude hors normes

« Filmer la zone » est une recherche en cours développée au sein du programme de recherche et de création artistiques RADIAN (Recherches en Art, Design, Innovation, Architecture en Normandie). Elle a pour but d’analyser et de filmer l’articulation entre l’habitat et la mobilité des travailleurs de l’industrie, dont les choix résidentiels se trouvent de plus en plus subordonnés à des contraintes de flexibilité professionnelle.

Contours d’un « objet urbain non identifié »

La recherche prend comme point de départ l’étude de Port-Jérôme-sur-Seine, où a été implantée la première Zone Économique Spéciale (ZES) française depuis février 2018. L’objectif est d’attirer des entreprises étrangères, notamment dans le contexte du Brexit, en leur permettant de bénéficier de lois fiscales plus avantageuses que celles pratiquées dans le reste du pays, comme une plateforme offshore ramenée à terre (Lillie, 2010). Pour appréhender l’évolution de ce territoire, lié au succès historique depuis les années 30 d’un vaste complexe industriel, j’ai commencé par assembler des photographies aériennes prises à différentes époques. Les cartes qui en résultent n’en offrent qu’une vision partielle : elles dessinent une enclave opaque qui masque la zone industrielle. L’absence de clichés photographiques à cet endroit souligne la capacité de ces zones à pouvoir s’affranchir du territoire et met en exergue les enjeux de sa représentation. Ces trous noirs renvoient à la manière dont l’entreprise imprègne le terrain sur lequel elle s’implante et engendre sa mise à l’écart. Pour représenter cette zone, cet « objet urbain non identifié » (Lejoux, Charieau, 2019), la recherche adopte comme hypothèse que les travailleurs-habitants mobiles de ces territoires sont porteurs d’une connaissance spécifique, à la fois contextuelle et intime (Mai, 2016).

Les modes d’habiter hors normes comme incarnation des processus territoriaux

Les hébergements de ces travailleurs nomades prennent la forme de logements de passage, sur des temps plus ou moins longs, comme les gîtes ou l’hôtellerie économique, ou celle d’habitats légers ou mobiles : camions, caravanes, mobile home, camping-car, dans des campings ou sur des parkings… (Le Marchand, 2011, 2014). Ces marques de leur inscription sur le territoire – vulnérabilité, adaptabilité, sens du commun, type de ressources, agencement, renoncement, limite, temporalité – sont retracées dans un journal de bord, qui prend la forme d’une carte en ligne, interactive et évolutive. Entre journal de terrain et journal de recherche, cette carte permet de spatialiser les observations, réflexions, hypothèses, tout comme les images et les sons, issus du travail hybride de recherche et de création en cours, propre au doctorat RADIAN. Véritable matériau, la puissance visuelle de la carte permet de mettre en relation de manière immédiate le territoire avec le travail de recherche théorique et de création filmique.

Des films pour façonner un moule

C’est une recherche impliquée dans le « faire » (Huygue, 2017) qui se fonde avant tout sur une approche empirique par le terrain : la démarche vise à constituer un espace d’expérimentation avec les personnes concernées, autour de projets audiovisuels et cartographiques, afin de documenter ces situations de précarités résidentielles qui gravitent autour des sites de production. Le dispositif filmique répond ainsi aux enjeux de représentation liés à l’invisibilisation des territoires industriels et des travailleurs mobiles qui s’y rattachent. Il se dessine au fur et à mesure et se déploie sur différents terrains. À travers les films réalisés, ce sont bien les mutations du travail et du territoire qui sont analysées et incarnées, à l’échelle de l’individu (Chenet, 2020). La création n’est pas seulement envisagée comme l’issue de la recherche, mais comme un processus actif, présent à toutes les étapes de la démarche. Cela repose sur une présence in situ lors de temps longs, permettant d’accéder à « d’autres histoires, d’autres paroles et d’autres scènes » (Ott, 2019) et pour comprendre les lieux tant sur les plans scientifique que cinématographique.

Mise en réseau du moule

Un premier travail en ce sens est engagé autour du film polonais « Strajk Matek » (« Grève des mères »), réalisé par le collectif SzumTV et le Think Tank Feministyczny en 2010, à propos d’une grève menée par des femmes vivant dans des squats dans une ZES en Pologne. Le film a été projeté auprès de travailleurs afin d’établir des comparaisons sur les liens entre conditions de travail dans les ZES (Coudroy de Lille, 2007) et les modes d’habiter associés. Le film était projeté au sein du lieu de travail, littéralement sur le chantier. Différents espaces et différentes temporalités s’entrecoupent, faisant ainsi résonner des situations entre elles. Le lieu de la projection agit comme un nœud spatio-temporel, qui révèle le site d’une manière nouvelle et laisse surgir l’imaginaire. Comme un point sur la carte, il participe à tisser cette carte mentale de la zone érigée en réseau.

Bibliographie

Bernardot, M., Le Marchand, A. et Santana Bucio, C., 2016. Habitats non ordinaires et espaces-temps de la mobilité. TERRA. Bellecombe-en-Bauges : Éditions du Croquant, 2014.

Chenet, M., 2020. « Filmer le travail : apports d’une pratique de cinéma documentaire en géographie », Images du travail, Travail des images [en ligne], Université de Poitiers, Filmer, travailler, chercher.

Coudroy de Lille, L., 2007. « Les zones économiques spéciales en Pologne: un tremplin pour l’emploi régional ou des miettes de la mondialisation ? », Annales de géographie 658, 645–666.

gongchao.org, 2013. « Nous ne sommes pas des machines » – Lutte ouvrière dans une usine d’électronique chinoise en Pologne. [en ligne]

Huyghe, P-D., 2017. Contre-temps : de la recherche et de ses enjeux. Arts, architecture, design. B42 Eds.

Lejoux, P. et Charieau, C., 2019. « La zone d’activités économiques  : objet urbain non identifié ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, no 43.

Le Marchand, A., 2011. Enclaves nomades : Habitat et travail mobiles. Terra. Bellecombe-en-Bauges : Éditions du Croquant.

Lillie, N., 2010. « Bringing the Offshore Ashore : Transnational Production, Industrial Relations and the Reconfiguration of Sovereignty ». International Studies Quarterly 54, no 3 : 683 704.

Mai, N., 2016. « Agencer Samira : comprendre l’humanitarisme sexuel à travers la réalisation d’un film », antiAtlas Journal 1 [en ligne].

Ott, M., 2019. De cendres et de braises : voix et histoires d’une banlieue populaire / L’expérience d’un film. Paris, Anamosa.

Réal, E, 2008. Le paysage industriel de la basse Seine, Haute-Normandie, Rouen, Inventaire général du patrimoine culturel.

SzumTV, Think Tank Feministyczny, 2010. Grèves des Mères (Strajk Matek), Pologne, 22 minutes.

Biographie

Misia Forlen, née en 1989, mène des projets qui associent recherche et créations documentaires, pour interroger les enjeux de mobilité liés aux migrations, au travail et à l’habitat. Architecte de formation, elle est diplômée de l’ENSA Paris-Est en 2015. Son projet de diplôme, pour lequel elle reçoit le prix Françoise Abella 2015 de l’Académie des Beaux-Arts, est présenté au sein de l’exposition « Nouvelles Richesses » au Pavillon France lors de la Biennale de Venise 2016. Doctorante dans le cadre du programme RADIAN (Recherches en Art, Design, Innovation, Architecture en Normandie), elle développe depuis octobre 2020 un projet intitulé « Habiter la zone ». Cette thèse a pour objectif d’analyser et de filmer les modes d’habiter liés à la mobilité du travail dans le secteur de l’industrie, et notamment dans les Zones Économiques Spéciales (ZES). Elle est co-dirigée par Arnaud Le Marchand (Université Le Havre Normandie) et Bruno Proth (ENSA Normandie).



Citer ce billet
Alexandra Seha (2022, 6 mai). Misa Forlen – “FILMER LA ZONE : mise en place d’un processus de création construit par et pour des objets d’étude hors normes” Métathèses. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/refu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search