Mathilde Grasset – « Épouser les formes du monde : transformations figuratives du corps burlesque »

Mathilde Grasset, Université de Strasbourg, École doctorale des Humanités (ED 520), Laboratoire ACCRA

Journée d’études des doctorant/e/s et jeunes chercheur/euse/s du PRSH
Université Le Havre Normandie, du 02 décembre 2021 : “Rentrer dans le moule ?”

« Épouser les formes du monde : transformations figuratives du corps burlesque »

Des moules, le personnage burlesque n’a jamais cessé d’en casser. Il fait fi des cadres sociaux, ignore les règles d’usage et de bonne conduite. À ses yeux, son environnement se définit bien plus par une ouverture plastique maximale que par un ensemble de codes. Avant d’être assigné à sa fonction pratique habituelle, un objet est pour lui un ensemble de matières, de formes abstraites, de caractéristiques physiques allant de la densité à la texture, en passant par la couleur et le poids : son goût pour le « concret du monde »[1] lui fait voir tous les éléments, objets ou êtres humains, comme autant d’entités disponibles à toutes les transformations, pour le seul plaisir des sens ou les nécessités du moment. Son corps lui-même est pris dans le flot d’une circulation générale des matières, apte à se mêler à elles, à se laisser transformer. Mais cette capacité burlesque de briser tous les moules, toutes les entités stables identiques dans le temps et dans l’espace, n’aboutit pas à la création de nouveaux carcans. Le cinéma burlesque, par cet état de labilité générale, laisse entrevoir la possibilité d’un monde sans patron ni forme à modeler : tout rapport hiérarchique ou chronologique est nié pour laisser place à l’invention d’une voie proprement horizontale et irréductible à l’ascendant du personnage ou de son environnement.

Corps et autres éléments de l’image se témoignent d’abord une mutuelle sympathie. D’une part, la matière enserre le personnage, le colle avec obstination et précision. Le corps burlesque serait ainsi pourvu d’une aura, doté d’un pouvoir exclusif d’aimantation. Aux motivations du corps central et frénétique qui à lui seul a longtemps dynamisé les plans « larges fixes et frontaux »[2] du burlesque, s’adjoint donc une force centripète, celle des innombrables éléments appelés à entrer, comme malgré eux, dans le champ de l’image, attirés en son centre par le personnage. D’autre part, le corps lui-même témoigne d’une aptitude évidente à se fondre à son environnement : le voilà qui se vêtit, s’enveloppe des multiples matières qu’il trouve autour de lui et qui offrent autant de solutions concrètes à tous ses problèmes. Cette attitude du corps relève moins d’un savoir-faire et d’un goût pour le déguisement que d’une caractéristique profonde, une souplesse innée, une compréhension immédiate des formes et matières du monde. Il voit en elles un prolongement naturel de ses contours. Pour autant, un tel mélange n’aboutit pas à la disparition de chacun des termes de l’échange. Le corps métamorphosé, agrandi, bizarre, ne laisse jamais oublier à l’image son état originel : le cinéma burlesque est foncièrement réaliste, bricoleur, et c’est devant nos yeux que s’élaborent de nouvelles configurations – fantaisistes, peut-être, mais pas fantastiques[3]. Cet état d’instabilité contagieuse témoigne bien plus d’un bonheur du contact et d’une mutuelle reconnaissance que d’un affaiblissement généralisé et d’une relativisation de toute chose.

Ces différentes mises en relation aboutissent enfin à l’émergence, à l’image, de nouvelles configurations de formes et de matières ; celles-ci sont évanescentes, instables, mais témoignent qu’une entente profonde est possible entre un corps et son environnement. Il ne s’agit dès lors plus d’étudier de simples contacts, mais la naissance d’un troisième terme : non plus un corps et un objet, mais le résultat plastique de leur rencontre. La question de savoir qui de l’un ou de l’autre cède le premier, qui modèle et qui est modelé, devient parfaitement caduque. Apparaissent des espèces inédites : des corps hybrides, mélanges d’humains et de non-humains, chacun d’eux à la fois, accord fugitif mais sous nos yeux éclatant. Ils ne sont en aucun cas la négation définitive de ce qui les précède, mais le signe d’une extrême malléabilité, à proximité les uns des autres, de tous les éléments de l’image. Le burlesque laisse donc entrevoir la possibilité d’un monde sans cadre préconçu, sans identité fixe et autoritaire, soumis à une fluctuation incessamment remise en jeu. Le titre de cette conférence est donc impropre si l’on comprend le terme « épouser » comme l’effort du corps pour s’adapter à des contours qui ne sont pas les siens et qui lui préexistent. Si, au contraire, on considère que corps et matières environnantes s’épousent, se reconnaissent, concluent métaphoriquement un accord tacite de fidélité et de mutuelle assistance, on entrevoit la possibilité pour le personnage de « faire corps avec le monde »[4] d’égal à égal, sans que l’un ne subisse l’empire de l’autre. À l’opposé d’une disparition ou d’une fusion, cette solution burlesque clame brillamment l’interdépendance du corps et du monde dans lequel il évolue.

Bibliographie

Bégout Bruce, Le concept d’ambiance, Éditions du Seuil, Paris, coll. « L’ordre philosophique », 2020.

Ciret Yan, « Les innocents de la matière, multiples incarnations du burlesque », Artpress, Le burlesque, une aventure moderne, no 24, 2003.

Coccia Emanuele, Métamorphoses, Rivages, Paris, 2020.

Coccia Emanuele, La vie des plantes, Rivages, Paris, coll. « Bibliothèque », 2018.

Král Petr, Le burlesque ou Morale de la tarte à la crème, Paris, Stock, 1984.

Michaud Philippe-Alain, « Dash, crash, smash, splash », dans L’horreur comique, Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2004.

Revault d’Allonnes Fabrice, « “Prémodernité” du burlesque », CinémAction, Le comique à l’écran, no 82, Premier trimestre 1997.

Tessé Jean-Philippe, Le Burlesque, Cahiers du Cinéma, Paris, coll. « Les petits Cahiers », 2007.

Thomas Benjamin, Faire corps avec le monde, Circé, Strasbourg, coll. « Penser le Cinéma », 2019.

Biographie

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, Mathilde Grasset est doctorante en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg et titulaire d’un Master 2 de géographie et de cinéma. Ses recherches, sous la direction de Benjamin Thomas, portent sur les rapports du corps à son environnement dans le cinéma burlesque contemporain. Elle s’intéresse entre autres aux métamorphoses du corps et aux phénomènes d’hybridation mis en scène par le cinéma burlesque.

[1] P. Král, Le burlesque ou Morale de la tarte à la crème, Stock, Paris, 1984, p. 164.

[2] F. Revault d’Allonnes, « “Prémodernité” du burlesque », CinémAction, Le comique à l’écran, no 82, Premier trimestre 1997, p. 40.

[3] Nous entendons ici par « fantastiques » des configurations surnaturelles, le plus souvent rendues visibles par des trucages et des effets spéciaux.

[4] B. Thomas, Faire corps avec le monde, Circé, Strasbourg, 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search