Julien Chandelier – “La fabrique des nouveaux mondes : individus, subjectivités, sociétés et industries sur les réseaux sociaux numériques”

Julien Chandelier, doctorant en sociologie, Université Paris Cités, Philépol

Journée d’études des doctorant/e/s et jeunes chercheur/euse/s du PRSH
Université Le Havre Normandie, du 02 décembre 2021 : “Rentrer dans le moule ?”

La fabrique des nouveaux mondes : individus, subjectivités, sociétés et industries sur les réseaux sociaux numériques

Notre univers social s’est dédoublé, nous évoluons d’un côté dans un espace-temps physique national mais également dans un hyperespace numérique international. Or si nos vies se déploient de façon simultanée d’un côté comme de l’autre, chaque espace-temps est marqué par des logiques de pouvoir contradictoires, entre discipline, verticalité, interdits et contrôle, horizontalité, incitations.

Nous sommes le fruit d’un processus d’assujettissement complexe, d’un côté nous sommes sujet à une assignation identitaire permanente qui nous fige au sein d’un ordre administratif légal d’un autre côté dans l’espace-temps numérique nous pouvons jouer avec une plus grande marge de manœuvre sur les contours de nos représentations.

Partant de ce constat, nous souhaitons interroger les représentations de soi, des autres et de la société à l’aune des nouveaux territoires dans lesquels elles se déploient en partie : les dispositifs industriels numériques.

Nous vivons aujourd’hui de manière très palpable un déferlement de la donnée, dans un monde qui devient lui-même de plus en plus numérique et nous n’échappons pas à ce mouvement puisque notre identité est de plus en plus constituée et construite par des informations.

L’accès à l’information comme nouvelle richesse et expérience continue de l’infosphère, appelle en retour la constitution attentionnelle des individus en autant de données informationnelles.
Si utiliser le réseau, c’est accéder à de l’information, être visible et populaire sur le réseau, c’est donner à voir ses propres informations personnelles.

Là où les magnats de l’informatique sont à la tête de gigantesque bases de données, nous sommes chacun devenus une des données de cette base.

Ce qui se joue sur ces interfaces numériques industrielles, c’est la stimulation constante d’une réponse attentionnelle et émotionnelle qui doit provoquer chez nous un désir de participation, qui passe par une mise en conformité de l’apparition individuelle ou collective à l’intérieur de cette architecture textuelle.

Or au cœur du tableau de l’architexte se trouve une découpe qui rapproche des rubriques d’auto-description de catégories de commercialisation pour les industriels ou de ciblage pour les groupes d’influence politique. L’individualité affichée par ces interfaces numériques est une production industrielle de différences.

En nous définissant par des critères préétablis, nous nous accoutumons à une forme de subjectivation qui est toujours une potentialité de commercialisation, basé sur une surveillance personnalisée de nos informations.

L’architecture des interfaces peut être interprété à travers la figure du miroir, qui nous donne accès à un reflet des autres et de nous-mêmes, mais ce que nous gagnons en visibilité ne le perdons nous pas en altérité ?

Si l’écran est un miroir, nous y voyons notre reflet. Ce que l’écran donne à voir c’est ce que nous sommes, nos particularités informationnelles, nos données constitutives. Notre corps numérique prend forme ici dans un miroitement qui est toujours une reconfiguration. Nous sommes façonnés par des micro-composantes infinitésimales disséminées çà et là dans le réseau, incapables de s’agréger entièrement pour nous donner une entité complète.

Dans ce jeu de miroir nous sommes un assemblage, un collage de données, la reconstitution d’une pluralité de profils, d’appartenances et d’images.

Ce que nous voyons à l’écran c’est l’éclatement de notre capital humain dans une répartition industrielle.

L’image que nous nous faisons de nous-même est toujours en même temps une image des autres. Car dans le miroir du réseau, notre portrait est composé de milliers de reflets étrangers qui nous mettent en résonance avec des autres qui sont potentiellement des nous auxquels se relier. Nous partageons des préférences, des intérêts, des usages et des images. Mais cette réflexion généralisée s’incarne dans un environnement de concurrence, dans lequel nous nous comparons sans arrêt.

Nous devenons alors toujours potentiellement les entrepreneurs de nous-mêmes, responsables de notre propre reflet dans le miroir, chacun doit dès lors mettre à disposition ses données pour mieux apparaître dans le réseau. Toute activité devient alors un processus de valorisation.

Dans ce jeu de miroir, il faut donner à voir pour être vu, s’arracher une part consommable, quantifiable, identifiable en façonnant des souvenirs informationnels comme autant de traces commerciales.

Mais alors, à partir du moment où nous sommes façonnés par des dispositifs contradictoires et qui reposent de plus en plus sur notre participation, comment identifier dès lors ces processus de moulage qui semblent de plus en plus souples et évolutifs et comment penser la possibilité de sortir de ces emprises, de casser le moule ?

Bibliographie indicative :

–          Gomez Mejia, Gustavo. Les fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web, Paris, Editions MKF, 2016.

–          Ganascia, Jean-Gabriel. Voir et pouvoir : qui nous surveille ?, Paris, Les Essais du Pommier, 2009.

–          Lacan, Jacques. « Le Stade du miroir comme formateur de la fonction du Je : telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique », Revue Française de psychanalyse, Paris, Octobre 1949, p-449-455.

 

Biographie :
Julien Chandelier est doctorant en sociologie à l’Université Paris Cités, membre du laboratoire Philépol, son travail de thèse porte sur les mobilisations subjectives et les luttes collectives entre espace-temps étatique et numérique. Il s’intéresse en particulier à la place prise par l’information dans le renouveau des formes du pouvoir contemporain mais aussi dans les moyens de la contestation. Pour cela, il mène une enquête sur les plateformes numériques militantes issues des dernières luttes sociales (gilets jaunes, mouvements écologiques, communs).

Lien vers la page personnelle sur le site de son laboratoire : https://philosophieparisdescartes.wordpress.com/2020/10/28/chandelier-julien/



Citer ce billet
Alexandra Seha (2022, 6 mai). Julien Chandelier – “La fabrique des nouveaux mondes : individus, subjectivités, sociétés et industries sur les réseaux sociaux numériques” Métathèses. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/refw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search