Corten Pérez-Houis – “Du moule à la norme : vers une standardisation des matériaux de construction et de la production de la ville à Khartoum (Soudan) ?”

Corten Pérez-Houis, doctorant en géographie, Université Paris 1

Journée d’études des doctorant/e/s et jeunes chercheur/euse/s du PRSH
Université Le Havre Normandie, du 02 décembre 2021 : “Rentrer dans le moule ?”

Du moule à la norme : vers une standardisation des matériaux de construction et de la production de la ville à Khartoum (Soudan) ?

 

Dans un contexte de développement de la rente pétrolière à partir de 2000 et de forte croissance démographique (Denis, 2006), Khartoum a connu un essor important dans le secteur de la construction jusque dans les années 2010. Cette explosion, ou « âge d’or » de la construction selon certain.e.s, s’est traduite à la fois par des politiques de modernisation menées par le gouvernement d’Omar el Béchir, dont les traces sont encore visibles dans le centre de la capitale (Fig.1), mais aussi par une multiplication des briqueteries artisanales. Celles-ci seraient en effet passées de 1700 unités en 1994 à 3450 en 2005, dont 2000 dans la seule agglomération de Khartoum (Alam, 2006).

            Malgré la multiplication de ces ateliers, qui répondent directement à la croissance de la demande en matériaux de construction, divers acteurs, locaux et internationaux (Pantuliano et al., 2011), se retrouvent désormais sur une remise en cause de cette activité. Parmi les arguments mobilisés, les différentes formes de pollution causées par les briqueteries reviennent régulièrement (Fangama Abdalla, 2015), mais le manque de respect des normes de dimensions des briques par les producteurs est également mentionné : « Il y a une taille standard, mais tu ne trouveras jamais deux briques de la même taille » (architecte, 20/04/21).

            La brique rouge est produite dans des ateliers artisanaux, principalement sur les berges du Nil Bleu (Fig.2). Hormis l’extraction du limon du Nil qui est fait à la pelleteuse, toutes les étapes de fabrication sont manuelles : mélange de l’argile avec de l’eau et de la matière organique, moulage par des équipes d’ouvriers dans des moules en fer et en bois (Fig.3), séchage pendant plusieurs jours à l’air libre, cuisson dans un four et chargement dans un camion de livraison.

            Ces briques rouges, qui sont un des matériaux les plus utilisés dans la construction de la capitale soudanaise (Fig.4), ne sont donc pas soumises à des tests techniques, que ce soit sur leur dimension, leur poids ou leur résistance à l’eau. C’est le cas, au contraire, des deux autres matériaux avec lesquels la brique artisanale est mise en concurrence : le parpaing de ciment (Fig. 5) et la brique harari (Fig. 6). Leur production est industrialisée, ou au moins semi-industrialisée, et elle se développe fortement depuis les années 2000-2010.

            Les degrés de contrôle du moule et des dimensions reflètent les degrés de formalisation et d’industrialisation de la production des matériaux de construction. Mais cet aspect matériel et technique est également associé à des représentations en termes de modernité, de développement et d’informalité.

            De ces débats sur les dimensions et le moule des matériaux découle une opposition dans les discours entre des matériaux informels non standardisés et des matériaux industriels standardisés. D’un côté, les producteurs de briques rouges sont critiqués pour leur non respect des normes, pour des raisons économiques : « Pour réduire les dépenses, ils réduisent les dimensions. » (chercheur, 19/4/21). De l’autre, la brique harari est décrite comme un matériau moderne, dont la qualité et les dimensions sont contrôlées (Fig.7) : « C’est la version améliorée de la brique rouge. (…) Tu vois le passage de la charrette tirée par des animaux aux voitures diesel ? C’est la même chose. » (directeur de Jorum Modern Bricks Factory, 27/04/21). Cette association entre industrialisation, modernisation et qualité exclut donc les briques rouges, définies elles comme issues d’une activité archaïque, traditionnelle et non adaptée à la construction du Khartoum du XXIe siècle. La marginalisation de ce matériau s’opère en partie par la dénonciation de l’informalité de sa production et par une critique de son manque de standardisation.

            La critique des dimensions aléatoires des briques rouges glisse donc dans les discours d’un argument technique et architectural à un moyen de remise en cause d’une activité économique informelle. À travers l’approche socio-technique qui considère que « les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement » (Akrich, 1987), l’injonction à l’uniformisation des moules apparaît comme un outil politique pour standardiser l’ensemble du secteur de la construction.

            Ces discours critiques, qui se traduisent par un développement des matériaux industrialisés, sont ainsi à replacer dans une stratégie plus large de standardisation de la construction de la capitale soudanaise. En appelant à standardiser les dimensions de la brique rouge, ces acteurs semblent chercher à faire rentrer Khartoum dans un moule, à la fois matériel et immatériel ou normatif. En d’autres termes, le manque de contrôle des dimensions de ce matériau, mais aussi de sa qualité et de ses conséquences environnementales, est mobiliser pour remettre en cause une activité productive, considérée comme impropre à la construction du Khartoum moderne (Fig.8).

 

Bibliographie

Akrich, Madeleine. 1987. “Comment Décrire Les Objets Techniques ?” Techniques & Culture 9 (September): 49–64. https://doi.org/10.4000/tc.863.

Alam, Syed Ashraful. 2006. Use of biomass fuels in the brick-making industries of Sudan: Implications for deforestation and greenhouse gas emission. Mémoire, Université de Helsinki. https://helda.helsinki.fi/bitstream/handle/10138/20683/useofbio.pdf%3Bjsessionid%3DBCC47AB71C8DCC1FEFF46CF31FDF497E?sequence%3D2

Denis, Eric. 2006. “ Khartoum : ville refuge et métropole rentière “. Cahiers Du Gremamo, n°18, p. 87– 127. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00366515

Fangama Abdalla, Ismail Mohamed. 2015. “Environmental Impact of Red Brick Manufacturing on the Bank of the Blue Nile at Soba West, Khartoum, Sudan,” International Journal of Current Microbiology and Applied Sciences, 4.4: 800–804 <https://www.ijcmas.com/vol-4-4/Ismail%20Mohamed%20Fangama%20Abdalla.pdf> [accessed 22 January 2020]

Pantuliano, Sara, Munzoul Assal, Butheina A. Elnaiem, Helen McElhinney, Manuel Schwab, and others. 2011. City Limits : Urbanisation and Vulnerability in Sudan : Khartoum Case Study (London: Humanitarian Policy Group) <https://www.odi.org/resources/docs/6520.pdf>.



Citer ce billet
Alexandra Seha (2022, 6 mai). Corten Pérez-Houis – “Du moule à la norme : vers une standardisation des matériaux de construction et de la production de la ville à Khartoum (Soudan) ?” Métathèses. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/refy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search