Catégorie : Billets

Journée des doctorants 2018 : “Centres et centralités en sciences humaines et sociales”

5e journée des doctorants du PRSH “Centres et centralités en sciences humaines et sociales” 13 décembre 2018 (salle Madeleine de Scudéry – PRSH – Université le Havre Normandie)   Programme   Accueil des participants, 9h30 Sonia Anton (Le Havre Normandie) – Introduction, 10h-10h20 Arthur Laisis (EPHE/Le Havre Normandie) – Centre et périphérie en linguistique historique, 10h20-10h55 Édouard Denis (Le Havre Normandie) – Centralisation, décentralisation : l’État français face à un syndrome d’Œdipe ?, 10h55-11h30 Pause (11h30-11h50) Florie Imbert-Pellissier (EHESS/Centre Norbert Elias) – Le terroir marseillais au XVIIe siècle : une périphérie aux centralités multiples ?, 11h50 – 12h25 Félix Lefebvre (Lille 1/Université Polytechnique des Hauts-de-France) – Une hiérarchie alternative des espaces : différents régimes de pratiques et représentations de la ville à Ouagadougou à travers le rapport centre/périphérie, 12h25-13h Déjeuner, 13h -14h30 Mohammadali Vosooghidizaji (Le Havre Normandie) – Coordination de la chaîne d’approvisionnement décentralisée, 14h30-15h05 Jérémy Innebeer (Université du Littoral Côte d’Opale) – Quelles définitions et quels enjeux de la notion de centralité dans un contexte de revalorisation des centres-villes ?, 15h05-15h40 Thibaut Langlois (Le Havre Normandie) – Les quartiers nord du Havre, une périphérie havraise au centre de l’agglomération : un espace en quête de centralité ?, 15h40-16h15 Arnaud Le Marchand (Le Havre Normandie) – Conclusion, 16h15-16h30 Apéritif – temps d’échanges entre doctorants, docteurs, et étudiants de Master.

Appel à communications 2018 : « Centres et centralités en Sciences Humaines et Sociales »

5e journée des doctorants et jeunes chercheurs du Pôle de Recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’Université Le Havre Normandie 5th doctoral research day of the Humanities and Social Sciences section of Le Havre Normandie University   13 décembre 2018   Centres et centralités en Sciences Humaines et Sociales / Centres and centralities in the humanities and social sciences   Comment définir un centre ? La notion, toute relative, ne peut se comprendre que par opposition à une périphérie ; dans une acception géographique courante, elle suppose une concentration des fonctions, des pouvoirs, et des interactions sociales, ce qui ne doit pas masquer les diverses dimensions (économiques, politiques, sociales, idéologiques et symboliques) que peut recouvrir ce terme. Les variations d’échelles, les changements de focales, font ainsi apparaître de multiples centres, hiérarchisés, concurrents, complémentaires, qui se déplacent et se recomposent au gré des évolutions des sociétés rythmées par des mouvements centripètes et centrifuges, et par des processus de centralisation ou de décentralisation. Pour autant, ces centres ne trouvent pas toujours de manifestation spatiale, et il est alors plus difficile d’en déterminer des critères d’identification : une position centrale peut ainsi être occupée par des individus ou des groupes dans une société, ou encore par des concepts et des représentations au sein d’un système de pensée. La notion de centralité permet d’aller plus loin, en invitant à mettre l’accent sur les...

Des tribus aux imaginaires héroïques : étude ethnographique de la tribu geek, Maïlys Torché

Résumé de la communication : D’après Maffesoli (2010), notre société actuelle se situe dans une époque dionysiaque, une époque sociale et imaginaire émotionnelle, en rupture avec notre époque apollinienne de la rationalité. Cette époque dionysiaque est la post-modernité, apparue vers la moitié du 20 ème siècle après la modernité, qui se caractériserait par de l’hédonisme, du tribalisme et du nomadisme (Maffesoli, 1988, 2010). En marketing, Holbrook et Hirschman ont annoncé eux aussi ce tournant hédoniste et émotionnel (1982). Selon Maffesoli (2010), les individus se rassemblent désormais en tribus autour de passions partagées. L’émotion prime sur le rationnel dans le social, avec des individus qui revêtent  des identités selon les groupes qu’ils rejoignent, des groupes éphémères, tels que des communautés de fans. Cet imaginaire dionysiaque s’inscrit donc dans le partage, avec des groupes aux rapports sociaux horizontaux, dans la confusion, dans un « être ensemble » fusionnel. Cette idée de groupes structurés en tribus par de l’émotion est aussi présente en marketing (Cova et al., 2012). On parle alors de communautés avec un imaginaire de consommation (Bonnin et Odou, 2010 ; Robert-Demontrond et Ozcaglar-Toulouse, 2011). Maffesoli (2010) précise que cet imaginaire dionysiaque est uniquement présent dans ces groupes sociaux, même s’il tend à s’instituer dans notre société. Ces tribus aideraient à la catharsis. Afin d’appuyer sa pensée, Maffesoli (ibid.) a repris la figure mythique de Dionysos, qui caractériserait l’imaginaire dionysiaque de notre...

John Ford et Akira Kurosawa : relectures homériques ou mythes modernes ?, Antoine Gaudé

Résumé de la communication : La découverte de certaines études psychologiques et anthropologiques sur le symbolisme mythologique m’a offert la possibilité d’établir des similitudes, et des différences entre deux figures héroïques clefs du Japon et des États-Unis : le samouraï et le westerner. Ces réflexions théoriques, que j’essaye de développer dans ma thèse afin d’établir une « conscience mythique » (Georges Gusdorf) commune, à la fois partagée et systématique entre l’imaginaire japonais et américain, m’ont ainsi amené à concevoir une réserve d’images universelles, d’archétypes et de symboles, permettant de tisser des « ponts » entre deux cultures a priori très différentes. Ma réflexion se concentre donc sur les figures héroïques présentes dans deux des principaux genres cinématographiques japonais et américains – le film de sabre et le western – qui, sans chercher à écarter les déterminations sociales et historiques propres aux pays, et à une époque circonscrite (les années 1950 par exemple), offre le « portrait » esthétique d’une figure qui apparaît, dès lors, moins nationale que proprement mythologique. Les mythes, quels que soient leur traitement esthétique ou le support de leurs manifestations artistiques, restent une source inépuisable pour toutes les formes d’art. Leur signification symbolique, qu’elle soit d’ordre mythologique ou religieux, greffée sur des faits historiques comme la conquête de l’Ouest (le XIXe siècle) ou les époque japonaises Sengoku (milieu du XVème siècle à la fin XVIème siècle) et...

Dans les coulisses de la censure : étudier l’imaginaire de l’interdit cinématographique en Espagne franquiste (1945-1963), Léa Goret

Résumé de la communication : Dès son apparition au début du XXe siècle, le cinéma s’est imposé comme le média privilégié pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. La fascination qu’il exerce sur son public interpelle les états d’Europe Occidentale, qui prennent conscience de la nécessité de contrôler ce nouveau mode de communication. En Espagne, le régime franquiste (1939-1975) décide alors d’intervenir dans le processus de production cinématographique pour promouvoir les nouvelles valeurs défendues par le général Franco. Un important dispositif censorial voit le jour afin de contrôler la diffusion des informations et des idées sur l’ensemble du territoire hispanique. La production cinématographique des années 1940 et 1950 – période d’autarcie et de légitimation de la dictature espagnole – se fait alors le miroir des préoccupations idéologiques du moment, de l’exaltation patriotique à la diffusion de la morale catholique. Cependant, certains thèmes demeurent exclus du panthéon des valeurs franquistes. Ces silences, imposés par la censure, sont alors révélateurs des craintes du pouvoir. Ainsi, cette communication propose de s’intéresser non pas à ce que reflète l’image cinématographique, mais à ce qu’elle tait.  Elle vise  à analyser l’imaginaire censorial franquiste afin  d’appréhender l’interdit cinématographique. Toutes les coupes, les suppressions et les modifications réalisées par les censeurs constituent des indicateurs précieux  des images et  des représentations bannies par le  nouveau régime. Ces dernières menacent directement l’imaginaire idéologique que le pouvoir cherche...

Le sens « imagé » en sémantique : un obstacle heuristique ?, Thomas Bertin

Résumé de la communication : Dans le domaine de la langue, la notion d’image renvoie notamment à l’opposition entre sens propre et sens figuré – opposition à laquelle les lexicographes sont très attachés. Dans la phrase Paul s’est cassé le bras, on considère généralement que le nom bras est employé au sens propre. Mais, quand je dis ça m’a coûté un bras, on parle traditionnellement d’un sens figuré : c’est (espérons-le…) une image ! Cette idée d’un « sens imagé » est souvent associée aux concepts de métaphore (dont on trouve l’origine chez Aristote), de trope (cf. le traité de Du Marsais qui opère, au XVIIIème siècle, le lien entre rhétorique aristotélicienne et tradition grammaticale) et de figure (cf. les travaux de Fontanier pour la langue française du XIXème siècle ainsi que l’ouvrage de Tamba-Mecz, 1981). De nos jours, cette question de l’image reste un enjeu en linguistique. En effet, depuis les travaux fondateurs de Lakoff et Johnson (1980, 1987) sur les métaphores conceptuelles, les tenants de la sémantique cognitive défendent l’idée que l’imagination joue un rôle crucial dans la construction des significations. Nombreux et variés sont les arguments qui motivent cette approche du sens linguistique. Par exemple, l’étude de l’évolution des significations à travers le temps plaide souvent en faveur d’un sens premier (chronologiquement parlant). Dans le domaine de l’acquisition du langage, on admet généralement que l’enfant s’approprie le sens...

La représentation de l’imaginaire des paysages montagneux anglais du Lake District dans les arts visuels entre 1750 et 1850, Cybill Whalley

Résumé de la communication : Parallèlement au Grand Tour en Europe réservé à l’élite britannique, le Tour insulaire en Angleterre ne cesse d’attirer les artistes qui admirent les paysages montagneux du Lake District. Dans la deuxième moitié du 18ème siècle, ce territoire situé entre les comtés du Cumberland et du Westmorland devient une visite assumée. Loin des centres urbains, les chemins menant aux montagnes sont peu commodes et même si un sentiment d’insécurité est toujours présent, l’amélioration des routes permet une meilleure accessibilité. Les voyageurs, les artistes et les poètes s’éloignent des fondements académiques. Ils remettent en question la hiérarchie des genres, et la conception de la beauté idéale à travers la représentation des paysages montagneux. A la fin du 18ème siècle, les collines anglaises sont fantasmées en montagnes, l’horreur est délicieuse et le beau devient pittoresque. Les montagnes anglaises sont décrites dans les guides de voyages et deviennent inséparables du travail artistique. L’observation de la montagne illustre le concept de sublime, l’horreur délicieuse présentée en 1757 par Edmund Burke dans, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du Sublime et du Beau. Puis en 1772, le révérend William Gilpin distingue les montagnes anglaises comme des formes propices à la beauté pittoresque dans Voyage en différentes parties de l’Angleterre et particulièrement dans les Montagnes et sur les Lac du Cumberland et Westmorland contenant des Observations relatives sur les beautés pittoresques....

La règle de droit et la jurisprudence comme représentations d’un imaginaire social, Mamadou Beye

Résumé de la communication : La règle de droit semble, de plus en plus, pouvoir faire l’objet d’une définition tout à la fois formelle et technicienne. En effet, l’on observe d’une part une tendance au normativisme insufflée au cours du XXe siècle, substantiellement par Hans Kelsen, et d’autre part, une inflation législative, tant perceptible dans les ordres juridiques nationaux qu’internationaux. Pourtant, il apparaît qu’à son fondement, la règle de droit s’attache essentiellement à un moyen de représentation, c’est-à-dire à l’expression d’une volonté sociale. Ainsi, parmi les sources essentielles du droit français, l’on trouve la loi et la Constitution. La loi est une prescription normative et abstraite, posant une règle de conduite impérative, dont l’adoption requiert la délibération du Parlement, et dont les membres tirent mandat des voix du corps social, précisément pour représenter la nation souveraine. La Constitution peut être entendue, formellement, comme la règle de droit placée au sommet d’un ordre juridique étatique, et qui, d’un point de vue matériel, définit et organise les pouvoirs et relations des organes de l’État, ainsi que les droits et libertés fondamentaux des citoyens. Tant à propos de son adoption que de sa révision, elle suggère l’adhésion de la volonté du corps social, qu’elle vise justement à incarner en droit. Au vrai, il semble ici que la règle de droit soit donc, avant tout, le moyen de représentation de la volonté du corps...

L’Enfant retrouvé : la représentation de l’enfance et ses enjeux à l’âge classique, Sophia Mehrbrey

Résumé de la communication : Dans son ouvrage L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Philippe Ariès a, non sans raison, contesté l’universalité de la conception moderne de l’enfant. Depuis, des chercheurs de toutes disciplines ont admis que l’enfant est dépourvu d’une identité trans-historique stable. Ainsi, dans son ouvrage Childlove, James Kincaid déclare qu’un « child is not, in itself, anything » et affirme par là que, d’un point de vue constructiviste, l’enfant n’a pas de valeur absolue. Réduit au silence par son étymologie même, l’enfant est investi par chaque époque selon les enjeux sociologiques et idéologiques respectifs. Dans la littérature du XVIIe siècle on peut observer une tendance à repenser l’enfant et ses enjeux de façon originale, ce qui mériterait davantage l’intérêt de la critique littéraire. Pour analyser la représentation littéraire de l’enfant au sein de cette époque,  il  faudra d’abord revoir la définition de l’enfant à l’âge classique. Celle-ci se révèle beaucoup plus floue que ce n’est le cas de nos jours. S’inscrivant dans la tradition gréco-latine, l’on considère alors que l’absence de la raison constitue une marque fondamentale de l’enfance. Cependant, la conception même du processus de l’acquisition de la raison évolue beaucoup au cours des siècles en question, et avec elle bouge également l’image de l’enfant. l’intégration parfaite des codes de la bienséance constitue un autre critère important pour déterminer le passage à l’âge adulte....

Appel à communications 2017 : « Passer les frontières »

4e journée des doctorants et jeunes chercheurs du PRSH 14 décembre 2017 Université du Havre / PRSH “Passer les frontières” “Établir une frontière, c’est toujours la franchir”, jugeait Hegel. Envisagée au sens large comme limite entre deux ensembles (géographiques, sociaux, culturels…), la frontière doit également être entrevue dans son rapport à la transgression, au franchissement, au dépassement : fixer une limite, ne serait-ce pas inviter à la nier ? De fait, cette limite renvoie à une idée floue, comme le signale par exemple en anglais la distinction établie entre les termes border et frontier. C’est aux paradoxes de ce concept que sera consacrée cette nouvelle journée d’étude du PRSH, dans une perspective interdisciplinaire ouverte à tous les doctorants et jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Aussi, plutôt que d’envisager le problème de front, nous souhaiterions longer, contourner ou détourner les questions qu’il suscite. L’expression “Passer les frontières” invite à centrer l’analyse sur les acteurs, les pratiques ou encore les représentations du franchissement de ces limites. On pourra s’intéresser aux modalités du départ, du déplacement et de l’arrivée ; le passage des frontières, qu’il soit direct ou procède d’un contournement, qu’il soit ordinaire ou relève de la transgression, amène à une confrontation à l’altérité et à des transformations ; ce franchissement contribue lui-même à (re)définir les frontières. Comme les années précédentes, ce thème est à entrevoir avant tout comme un...

Journée des doctorants 2016 : « Imaginaire(s) et représentation(s) en Sciences Humaines et Sociales »

3e journée des doctorants du PRSH 20 octobre 2016 Université du Havre / PRSH jdd.prsh@univ-lehavre.fr   « J’appelle images, d’abord les ombres, ensuite les reflets qu’on voit dans les eaux ou à la surface des corps opaques, polis et brillants, et toutes les représentations de ce genre », suggérait Platon dans la République. Réunis autour du sème de l’image, l’imaginaire et les représentations interrogent en effet notre rapport à la réalité : mouvants, fugaces, évanescents, ils témoignent de la difficulté avec laquelle l’être humain dialogue avec son monde intérieur et par celui-ci, avec l’Univers. Ces deux termes diffèrent également : quand la représentation puise dans le réel, l’imaginaire, quant à lui, va jusqu’à voisiner avec la fantaisie, l’inconscient, le fantasme, et suscite le soupçon. Les deux termes entretiennent également des relations complexes : l’imaginaire se constitue de représentations, d’images multiples, et réciproquement, la représentation se nourrit de  l’imaginaire. Ce sujet est de ceux qui sont particulièrement fédérateurs pour les chercheurs. L’imaginaire et ses représentations constituent, de manière directe ou non, des objets d’étude pour toutes les sciences humaines, qui les investissent de sens particuliers : on parle d’imaginaire social ou littéraire, de représentations collectives et individuelles… Et pourquoi ne pas parler d’imaginaires ou de représentations juridiques, pour ainsi élargir le champ de nos investigations ? De fait, les représentations du marché , les conventions constitutives, les anticipations influent sans cesse...

Métathèses

Depuis trois ans, la journée des doctorants du pôle de recherche en sciences humaines (PRSH) est un moment fort de l’animation scientifique de l’université du Havre. Elle acquiert progressivement une identité singulière : si elle est l’occasion de se former à l’exercice de la communication scientifique devant des pairs, étudiants et enseignants-chercheurs, elle est également conçue comme une journée de partages, d’échanges d’expériences, de dialogues fructueux centrés autour de la vie et des recherches des doctorants. Enfin, elle est ouverte au dialogue avec la création artistique. Ce carnet entend donc centraliser les interventions des doctorants communiquant lors de ces journées. Il souhaite également prolonger les échanges par une alimentation régulière de billets, d’informations (annonces de colloques / journées d’études, vie du PRSH…) ou de tout autre contenu intéressant la vie scientifique des doctorants du Pôle. L’ouverture de ce carnet est aussi l’occasion d’appréhender les codes et les étapes de la publication scientifique, en étant pensé comme l’étape primitive d’une éventuelle publication officielle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search